LA PENSÉE ET LA NATURE : DES MOYENS D’ÉVASION, DE LIBÉRATION DE TOUTES LES PRISONS MENTALES ; DE DÉPASSEMENT, D’EXTINCTION DE SOI, ET DE QUÊTE DU DIVIN…

Durant ma vie, j’ai souvent ressenti les besoins de marcher ; d’emprunter des sentiers nouveaux ; de me trouver au milieu de la nature, la plus sauvage ; dans les lieux et des situations hors du commun, les plus fous ; dans des décors du bout du monde, les plus magiques ; de fuir le monde et ses sentiers battus. Il n’y a pas de meilleures sensations et extinctions de soi… Humer les parfums de la végétation, différents selon l’action de l’eau ou de la chaleur, selon l’heure de la journée. Écouter les bruits du silence et de la nature ; écouter les chants des oiseaux ; les regarder voler ; plonger son regard et ses pensées, dans les vagues de la mer ; dans les couleurs d’un coucher de soleil au dessus des montagnes ou de la mer ; dans les chutes d’une cascade, dans les étoiles, dans les couleurs d’un papillon, de celles des feuilles d’un arbre ; dans les cimes enneigées ; Marcher sur un sentier ; s’asseoir sur un rocher et regarder et regarder encore et encore, vivre la vie ; savourer l’éternité, jusqu’ à l’extinction de soi ; le visage tantôt caressé, tantôt frappé, bercé aussi , selon les lieux, les saisons et les lattitudes, par les différents vents. Il y eut la vallée de Luzipeu, en Corse de 1963 à 1969 ; puis, les hauteurs de Saint-Martin-de-Vesubie durant les années 1975 ; des villages du Djudjura en Kabylie, en 1992 ; Aiglun dans les Alpes-Maritimes , de 2007 à 2015 ; Certains de ces lieux ont participé à ma construction ; d’autres ; à mon repos de l’âme et de l’esprit ; d’autres encore, au ressourcement nécessaire ; à ma reconstruction, à la suite d’ évènements difficiles vécus ; de grandes souffrances intérieures. Il arrive aussi que selon la nature des souffrances endurées, que cela ne suffise plus, que l’on doive aller plus loin. On éprouve alors, le besoin de découvrir d’autres paysages , d’autres horizons, d’autres visages, sans pour autant tourner les pages , pour mieux comprendre, se comprendre et de surprendre… Ce fut, les pistes de sable de la Terranga, en 2015… J’ai été dans cette quête et dans ce cheminement ; et je pense être arrivé au bout de ce voyage intérieur et pas seulement…

Daniel Milan

Un commentaire sur « La pensée et la nature : des moyens d’évasion, de libération ; de dépassement, d’extinction de soi, et de quête du Divin… »

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s