LES LIMITES DE L’ACCEPTABLE : LES PAROLES GÉNOCIDAIRES, LA NÉGATION DES DROITS HUMAINS.

On peut m’insulter, cela ne me dérange pas. Les critiques de l’islam ne me dérangent pas non plus, bien que musulman et père d’enfants musulmans. L’islam est bien au dessus de toutes les critiques que l’on peux lui faire ou de tout ce que l’on peut dire à son sujet. Autant critiquer le soleil, ou d’autres éléments de la nature, cela n’enlève rien, ni ne change rien à la nature de ces éléments. Beaucoup de critiques de l’islam sont des critiques de choses et de faits, dont l’Islam n’est pas ou ne peut être tenu pour responsable. On peut critiquer des musulmans dont les pratiques ne sont pas conformes à l’islam ou jugées excessives. Cela fait partie de la liberté d’expression. Je puis entendre que certains n’aiment ni l’islam, ni les musulmans. Personne n’est obligé d’aimer qui que ce soit. Il y a cependant une limite au tolérable et à l’acceptable. Les limites, sont les négations des droits humains, les menaces physiques à l’encontre de personnes et les paroles d’exclusion et génocidaires à l’égard d’un groupe humain quel qu’il soit.
Hier, quelqu’un que je connaissais depuis 4 ans et que je prenais pour un ami, m’a dit des paroles blessantes qui dépassent l’acceptable des paroles blessantes, que je puisse entendre.
Nous parlions du drame qui s’est déroulé à la préfecture de police de Paris et préconisait comme moyen préventif  » l’éradication de tout ce qui est musulman en France ». A la suite de quoi, j’essaie de lui faire entendre raison en lui expliquant que les musulmans français sont des citoyens comme les autres et que  » péter les plombs » n’avait rien à voir avec la religion. Là il me sort : « mais moi, je suis un pur français, ce qui n’est pas ton cas, car tu es musulman ». Profondément blessé par de telles paroles. Je suis évidemment parti sur le champs. Tout d’abord, qu’est-ce qu’un pur français ? Je ne vois vraiment pas, d’autant qu’il s’agit d’abord d’un concept politico idéologique. Ensuite, même si ce ne sont pas les seules, mes principales racines se sont situées en Picardie, en Vendée et en Bretagne. Je suis musulman, converti à l’islam depuis 1981, oui, et alors, je ne vois pas pourquoi, je serais moins français et je devrais avoir moins de droits qu’un citoyen, peut-être même fils d’immigrés espagnols, italiens, ou polonais, mais de religion catholique ou juive ? Ensuite, parler de l’éradication des musulmans. De tels propos devraient être poursuivis et condamnés devant les tribunaux, au nom de l’égalité constitutionnelle stipulant dans ses articles l’égalité des droits, de respect et de traitement entre tous les citoyens.

Daniel Milan

Article précédent :

https://leblogdedanielmilan.wordpress.com/2019/10/06/a-chaque-fait-divers-on-cherche-toujours-le-providentiel-musulman-radicalise/

11 commentaires sur « Les limites de l’acceptable : les paroles génocidaires, la négation des droits humains. »

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s