🔴L’OPPRESSION EXPLIQUÉE. L’ANALYSE D’UN SYSTÈME

ï”´L’OPPRESSION EXPLIQUÉE. L’ANALYSE D’UN SYSTÈME

Elle est permanente dans le temps, violente, selon les ordres et les occasions. Elle est faite d’une accumulation de mesures et de lois.

Le texte qui suit, comporte bien des raccourcis. Il n’a aucune vocation théologique, ni la prétention d’être exhaustif.  Il n’est pas non plus antireligieux. Il a pour seul but d’expliquer les traits principaux d’un système esclavagiste, fondé sur le pouvoir des castes, qui perdure depuis des millénaires.

Certes, la technique et la science, on fait évoluer le monde pour des raisons économiques ;  mais l’évolution des consciences n’a que très peu suivi. La technique et la science, ont donné naissance à d’autres formes d’esclavages, toujours plus insidieuses, plus invasives. Ces apparences de plus de liberté, données aux individus ont été  des leurres. Certains individus se sont aperçus, que l’esclavage était plus rentable en lui donnant des aspects de liberté. On aurait tort de croire que les formes d’esclavage de jadis, ont disparu ( et encore, pas toujours) par l’arrivée d’une quelconque « civilisation des lumières » ou par motivations humanistes. Les castes d’esclavagistes d’hier et d’aujourd’hui, restent à peu près les mêmes, sinon qu’elles se sont renforcées, reconverties et étendues. Elles vivent toujours de l’exploitation humaine, de l’ignorance, de la crédulité. Les bandits de grand chemin, escrocs, magiciens et l’illusionnistes de l’époque se sont organisés. Ils ont infiltré et fait main basse sur les religions dont-ils ont travesti ou réinventé les écritures et les enseignements,  et les ont utilisé comme moyens d’encadrement,  de surveillance, de pouvoir, de domination et d’asservissement des populations.  Ils se sont egalement infiltrés dans les Cours, Se sont  accoquinés
aux princes, aux comtes, aux ducs, aux Seigneurs . Clergé, Noblesse, Tiers-état ( les castes de l’époque). On a légitimé les conquêtes de territoires. Sur les ruines de monarchies, les opportunistes de l’époque, ont fondé et organisé de nouvelles castes de privilégiés, édifié de nouvelles règles, se sont  proclamés républicains et/ou politiciens ;  ont inventé des partis . afin de poursuivre leurs predations et nuisances. Ils ont poursuivi guerres en vue de conquérir des territoires, piller leurs richesses et d’asservir les populations… parfois sous de nouvelles apparences.  Depuis les politiciens, à de rares exceptions près, ont continué leur travail de division et de prédation, de destruction au service de leurs financiers et donneurs d’ordre, héritiers des castes d’hier.

D’années en années, ils se sont employés à traquer et à réduire nos droits et nos libertés, à renforcer flicages et répressions, pillages, domination et asservissement, en les légitimant par la loi.

L’organisation du système, la publicité , la propagande,  nos illusions, nos manques de reflexion, nos ignorances, nous ont conduits à l’acceptation et nous ont rendu esclaves.

Chaque homme, né libre et égal, en principe, est condamné par le système, dès sa naissance, à être non seulement un esclave toute sa vie durant, mais à être un bon esclave, un esclave modèle, content de l’être, selon la définition donnée du  » bon citoyen ». Telle est la triste réalité. Esclave d’un travail, souvent sans intérêt, exercé durant 8 heures, 5 jours sur 7 durant 40/45 ans de sa vie , esclave des exigences d’un patron, esclave d’un salaire qui ne lui permet même pas de payer son loyer ; esclave du paiement d’un loyer, esclave d’un crédit d’accès à la propriété, à payer durant 40 ans, dont il ne profitera peut-être, jamais, esclave de crédits successifs  » à la consommation ».

On a, par la Déclaration universelle des Droits de l’homme, fait croire que l’on donnait des droits, à l’homme. En fait, ce fut et il s’agissait de quelques droits  parmi ceux confisqués, rétrocédés conditionnellement aux esclaves bien sages, au terme de longues et coûteuses procédures judiciaires.

On a inventé des drapeaux, en complément d’autres reliques,  des frontières, instauré partout en France, l’école républicaine, laïque obligatoire, détruit les langues et les cultures  » régionales ».

On a vidé des régions entières de leurs populations pour peupler les villes nouvelles de la Révolution industrielle, et rejoindre  les champs de bataille.

On a instauré des permis de séjour pour  les immigrés légaux.

On a déclaré illégaux des êtres humains.

On a construit des murs aux frontières. On traque les migrants et on détruit leurs habitats de fortune. On les traite en nuisibles.

On a fait des guerres, pour exporter la démocratie et la liberté. En fait, pour empêcher des populations de choisir leurs représentants.

On a édifié partout des monuments aux morts, à la mémoire des morts pour la France.

On a déclaré morts pour la France, des  hommes qui n’avaient rien demandé et qui voulaient vivre pour eux-mêmes et leurs proches.

On a établi des codes, du travail, pénal, de procédure pénale, pour faire croire en l’existence de la justice et que le citoyen lambda, pouvait avoir des droits.  Des variants modernes du Code de l’indigénat.

On a  établi des procédures, des  rituels et sacralisé l’institution judiciaire.

On a mis des individus au dessus des autres et on leur a attribué toutes les vertus ; dans le même temps, on a deshumanisé et criminalisé d’autres humains.

On a mis toutes les institutions au service de l’idolâtrie de groupes humains et de la détestation de parties de nos concitoyens.

On a inventé des lois pour protéger  certaines castes  d’individus, de leurs victimes, afin de  leur assurer l’impunité.

On a donné des pouvoirs absolus et démesurés aux polices de la pensée.

On a établi des lois et des délits spécifiques, au bénéfice de parties de nos concitoyens, contre d’autres considérés et traités en sous-citoyens.

On a créé des services « de protection de la personne », contre d’autres personnes.

On a fait entrer toutes les mesures liberticides dans la loi, contre des parties de nos concitoyens, considérées par le pouvoir, comme sous citoyens, ou  » ennemis de la République ».

On permet, encourage et cultive l’expression de certaines opinions haineuses et islamophobes, au nom de la liberté d’expression.

On interdit l’expression d’opinions à d’autres personnes qui s’y opposent; on qualifie leur propos de  » haineux » ou  » d’incitation à la haine »..On persécute et on  condamne lourdement leurs auteurs.

Le moindre « mot qui dépasse »est traqué. On s’empresse à tordre le cou, judiciairement parlant, à son auteur.

« Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir », écrivait La Fontaine dans « Les Animaux malades de la peste». Une constatation de l’époque, qui perdure dans le temps.

Les débats d’opinion, sur les plateaux de télévision, se font entre gens ayant sensiblement les mêmes opinions.

Ce sont les syndicalistes policiers et d’anciens magistrats, qui commentent l’actualité ou donnent leur avis sur les condamnations de  » délinquants ».

Certaines accusations, même infondées, donnent lieu à des procédures qui relèvent de la lettre de cachet et qui permettent tout, y compris les violations de leurs propres règles de droit, pourtant de convenance.

On peut à tout moment être interpellé, arrêté, perquisitionné, violenté,, placé en garde à vue, être emprisonné, pour s’être exprimé.

Un doyen des juges d’instruction du Tribunal correctionnel de Nice, a dit un jour ( 1981) à mon avocat, que dans mon cas, le droit ne s’appliquait pas…

On a soumis à autorisation, à permis, tous les actes essentiels de la vie.

On ne peut plus  construire sa maison, en fonction de ses moyens et de sa créativité.
Des normes sont imposées, des lieux, interdits, même si l’on est propriétaire d’un terrain.

Toutes les Initiatives, autarcistes, autonomistes, survivalistes, minimalistes, dites, » en dehors des radars », visant à  se soustraire du système, à briser ou à amoindrir ses chaînes,  vont dans le bon sens, mais sont aléatoires et les cibles privilégiées des administrations, de la police et de la justice.

L’humain ne pourra prétendre à sa totale  souveraineté, que  quand il aura recouvré la totalité de ses droits.

Nous nous devons, par dignité, par respect de nous-mêmes et des autres, n’accepter aucune mesure ou loi liberticide, aucune atteinte ou réduction de nos droits et de nos libertés, quels que soient les prétextes évoqués. Nous devons apprendre à fonctionner en citoyen souverain, bien que nous ne le soyons pas encore. Nous ne sommes la propriété d’aucun pouvoir et aucun pouvoir n’a a décider quoi que ce soit à notre place, ni à nous imposer. Nous sommes propriétaires et gardiens de ce que nous avons et de qui fait la spécificité de ce que nous sommes. A chacun de faire la même chose. Chaque souveraineté humaine, ne s’oppose pas aux autres souverainetés, mais est complémentaire de chacune d’entre-elles.

On espérerait voir chaque humain  recouvrer tous ses droits pour exercer pleinement et globalement sa souveraineté. Hélas, peu d’humains ont une prise de conscience globale, mais une vision parcellaire de leurs droits et de leurs libertés à reconquérir, c’est le cas des  » antivax » qui n’acceptent pas de se voir innocculer un vaccin expérimental dont on cache les composants et les effets à long terme et dont on minimise les effets secondaires. Ou, encore, ceux qui pour des raisons moins nobles, sont opposés au  pass vaccinal, parce qu’il  entrave  leurs  » libertés de consommer  Ces débuts de prise de conscience aussi minimes qu’ils soient,  sont mieux que rien et peuvent déboucher sur une prise de conscience plus large.

Exercer sa souveraineté se prépare et s’organise, afin de ne pas tomber dans les mailles des filets de toutes les répressions. Il est nécessaire de créer en parallèle des structures pour défendre l’exercice de ses droits.

Il est suicidaire, par exemple, de s’exprimer, si dans le même temps, on ne lutte pas, au sein de structures, contre les lois et les prérogatives de ces officines, et si l’on ne peut bénéficier de la mobilisation et du soutien de personnes. Les droits et les libertes ne peuvent s’exercer, qu’en fonction d’un rapport de force.

Daniel Milan

ï”´ De la Servitude moderne – texte – de Jean-Francois Brient
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
https://leblogdedanielmilan.wordpress.com/2021/12/28/de-la-servitude-moderne-texte-de-jean-francois-brient/

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

ï”´Regardez « De la servitude moderne – DOCUMENTAIRE COMPLET – HD – VF – 52min » sur YouTube
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
https://leblogdedanielmilan.wordpress.com/2021/12/28/regardez-de-la-servitude-moderne-documentaire-complet-hd-vf-52min-sur-youtube-2/
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

ï”´ BIENVENUE SUR CE BLOG
–  VOUÉ A L’ÉGALITÉ HUMAINE ET AUX DROITS HUMAINS, EN VUE DE L’AVÈNEMENT DE L’HUMAIN SOUVERAIN.

CHAQUE JOUR, DES  ARTICLES,  DES INFOS, DES LIENS, DES VIDÉOS ET DES COMMENTAIRES…

https://leblogdedanielmilan.wordpress.com/
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Un petit mot, un commentaire, un point de vue, une suggestion, un lien, une info :
Contact : milan.daniel@yahoo.fr
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

ï”´ LES DERNIERS ARTICLES DE DANIEL MILAN, PLUS,  LISTES 2021 ET ANNÉES ANTÉRIEURES
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
https://leblogdedanielmilan.wordpress.com/2022/01/06/%f0%9f%94%b4-les-derniers-articles-de-daniel-milan-plus-listes-2021-et-annees-anterieures/
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Publié par milandaniel427

végétarien, évolien, musulman (soufi), égalitariste, antisupremaciste. Je suis aussi passionné de nature, de solutions alternatives antisysteme, pour une société fondée sur l'égalité, la solidarité et le partage ; la défense de la vie et des droits humains . je suis originaire de Nice et je vis aujourd'hui, en partie, au Sénégal. Je suis âgé de 74 ans, malade et fatigué, hélas, mais malgré toutes les atrocités, destructions et tragédies, je garde espoir en un monde meilleur. J'appelle à la création d'une structure en vue de la défense de l'humain, de l'égalité humaine , des droits humains pour les mettre au centre de tout. le but étant l'avènement de l'humain souverain ; et de soutenir les victimes de leurs violations. J'aimerais aussi concrétiser un rêve : acheter un bout de terrain et y construire ma maison de pauvre, dédiée à mes combats, à ma compagne , à mes enfants et à mes Amis fidèles. Je voudrais aussi voir la concretisation de mes combats pour l'égalité, contre les supremacismes et je vous remercie de diffuser sans modération, mes articles contenus dans ce blog, ainsi que sur mon précédent blog : http//rendezvousdesvivants.wordpress.com

12 commentaires sur « ðŸ”´L’OPPRESSION EXPLIQUÉE. L’ANALYSE D’UN SYSTÈME »

  1. A reblogué ceci sur dzmewordpresset a ajouté:
    « La dictature parfaite serait une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s’évader, un système d’esclavage où, grâce à la consommation et au divertissement, les esclaves auraient l’amour de leur servitude. » Aldous Huxley

    En d’autres termes, passer sa vie à travailler(quand il y a du travail), boire et manger, se divertir, dormir et à la fin mourir.
    C’est cela le conditionnement auquel la majorité des peuples ont été soumis par le Nouvel Ordre Mondial.
    Vivre comme des esclaves dont les maîtres se trouvent à la tête de la pyramide. Et qu’est-ce que font les esclaves ? Servir leurs maîtres qui se sont octroyé 80% des richesses mondiales.

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :